"Le leadership a-t-il un genre sur le terrain?", réponse de Cyril Legrand, CEO d'Oxford Leadership

Nov 25, 2020

Suite à notre dernier Webinar, sur le thème "le leadership a-t-il un genre sur le terrain?", nous avons demandé à Cyril Legrand,CEO d'Oxford Leadership de nous partager sa vision sur la question: 

 

Dans le cadre des activités du réseau LEAD, une réflexion intéressante émerge sur la notion de leadership au féminin. Une question immédiate me vient à l’esprit : le leadership aurait-il un genre ?

Ce débat anime légitimement depuis quelques années tant les couloirs des organisations que les nombreux forums de discussions sur le leadership. Je vais essayer ici d’apporter modestement ma pierre à cet édifice.

 

Au risque d’être provocateur, j’avancerais que le leadership n’a pas de genre, il est par essence multiple. Il s’adapte au contexte, il est situationnel. De fait dans un contexte donné, il peut y avoir différents styles de leadership qui sont efficaces et utiles. Je préfèrerai donc de parler des conditions du leadership.

Un bon leader sait créer les conditions nécessaires à la prise de décision, car avoir du leadership c’est être capable de décider, individuellement et collectivement.

 

Le contexte actuel, dans lequel les organisations évoluent ou l’incertitude et la volatilité prévalent, nécessite de nouvelles conditions pour que le leadership s’exprime.

Ces conditions appellent à revisiter les dogmes conventionnels d’un leadership dépassé et hérités d’une époque qui ne fait plus sens. Les dogmes basés sur un leadership plus masculin, plus charismatique, tournés exclusivement vers l’efficacité et l’efficience ne sont plus adaptés. Le mythe du leader dit «male alpha » est mort. Toutefois, il peut encore trop souvent faire référence dans certaines organisations.

 

Il est temps de s’inscrire dans une vision plus progressive du leadership, une approche dite post-conventionnelle ou d’autres qualités sont nécessaires afin de créer les conditions d’un leadership durable et inspirant. Cette approche a fait émerger une logique plus holistique et écologique, une réalité ou l’empathie et la coopération prévalent sur les logiques simplement hiérarchiques et de pouvoir.  

La capacité à générer des résultats n’est pas sacrifiée mais une attention particulière sur le comment y est portée.

 

L’humain revient en force au cœur du dispositif ou le sens en est un élément déterminant et ou une logique d’intelligence totale s’exprime. Intelligences cognitive, émotionnelle, sociale, physique et spirituelle.

 

C’est dans ces conditions que je suis témoin de l’émergence et de la puissance de femme leaders qui démontrent dans la réalité de leur quotidien des qualités extraordinaires dans leur capacité à gérer les paradoxes de l’époque, à réconcilier les polarités inhérentes à la complexité et aux exigences des organisations aujourd’hui.

 

Mon travail d’accompagnement et de développement du leadership au côté de ses femmes leaders m’a permis de voir les récurrences suivantes :  

- Elles se focalisent sur la complémentarité des genres (et des compétences). Elles s’appuient sur ce qui nous rapproche. Elles transcendent ainsi les stéréotypes et détruisent les préjugés en célébrant l’unité et la cohésion.

- Elles libèrent la parole en favorisant la liberté d’expression dans un environnement sécurisant.

- Elles créent des alliances et maximisent la dimension sociale et relationnelle pour une culture inclusive.

- Elles démontrent un talent avéré pour utiliser tous leurs sens.

- Elles ont su se libérer pour accepter d’être elles même, pleinement. Leur confiance en elle accrue leur permet courageusement d’exposer plus de vulnérabilité et ainsi prouver par l’exemple que cela n’est pas une faiblesse mais un gage de maturité managériale.

- Elles sont plus empathiques et attentionnées sans sacrifier un haut niveau d’exigence et de standards organisationnels et opérationnels.

 

Le leadership n’a pas de genre mais les femmes en font indubitablement évoluer les conditions pour un leadership plus écologique, plus conscient et plus humain. Merci à vous Mesdames.


Other news